Moscou

P1030517.JPG

Ha ! ben te rev’la, Camrad! Dobro pozhalovat’ v Moskvu !! Tu arrives juste à temps ! Moscou c’est la plus grosse des grosse ville d’Europe ! la Matouchka Moskva comme ils disent avec plus de douze millions d’habitants… et ce multiplié par autant de manteaux, gants et chapkas en fourrure…(il ne fait pas bon être un renard ou un chinchilla et laisser trainer ses poils par ici, je te le dis !). 

p1030723Elle est traversée par la Moskova, un affluent de la célèbrissime Volga. Moscou, en bonne mégalopole, est au top et ça se voit architecturellement, culturellement, économiquement, démographiquement…Elle fourmille, clinque, rayonne,… Bref un exemple de prospérité en somme… Ben oui, mais en même temps, n’est pas une grosse puissance mondiale qui veux après tout alors Clap ! Clap ! les moscovites; et chapeau en fourrure bien bas. On t’a pas précisé que la religion dominante est orthodoxe… En même temps au vue de toutes les églises, cathédrales et basiliques qui fleurissent à tous les coins de rue, cela n’aurait pas échappé à ta finesse d’esprit ! ben voilà l’ami je crois bien qu’on a dit l’essentiel.

  • Première sur les rails russe : St Petersbourg-Moscou

Pour relier St Petersbourg à Moscou, on aurait bien pris un side-car à la Sylvain Tesson, img_4360mais comme on a pas ça sous la main, on a pris le train de nuit… (moins fun mais tout aussi efficace ). Le plus dur quand tu prends le train en Russie et que tu n’es pas russe, c’est de savoir décrypter les panneaux d’affichage et autres symboles directionnels en cyrillique. Oui oui ça s’apparente à du décryptage à la loupe, tout en te titillant la moustache !! Elémentaire mon cher Dimitrov !! C’est là où tu remercie le Dieu Lonely Planet (ou tout autre de ton choix, niveau religion, on est plutôt ouvert ) de t’aider. Tel Champollion, il sera ta pierre de Rosette. Une fois que tu as compris où embarquer, et que la provodnista a controlé tes papiers, ben c’est facile… tu embarques ! 

Surprise ! Petit comité d’accueil dépêché pour l’occasion. A la stupeur générale la petite cabine de 2ème classe, prévue pour quatre personnes en contient déjà 3 !! Bon 1 + 2 moitiés en réalité…(non le comité d’accueil n’est pas nain, qu’est ce que tu vas t’imaginer) mais par contre assez baveux ! fullsizeoutput_16d1Les deux petites têtes blondes et leur maman nous regardent interloqués. A 5 là dedans, plus les monstres (oui c’est ainsi que nous nommons désormais nos sacs à dos) qui doivent également compter pour des personnes vu leurs mensurations et accessoirement une poussette… tiens !, je ne suis pas très bonne en maths mais ça fait donc 7 personnes dans une cabine prévue pour 4 …
heu attend, on n’avait pas dit que la Chine c’était pour tout de suite ? Ne paniquons pas, on n’est ni img_4365claustro ni allergique aux acariens donc tout devrait bien se passer. On se présente, avec notre meilleur accent franco russe « Ya zavut Laurie & Antoine ». Nikita, 4 ans loin d’être farouche, nous montre déjà ses nombreux et bruyants jouets pendant qu’Anastasia boit son bib’, tranquillement posée sur les genoux de Gabriella sa maman, un peu débordée par ses deux petits monstres à elle. Joyeuse rencontre inattendue pour cette première sur les rails. Mais nous ne finirons pas la nuit avec eux. La provodnista affolée de nous voir ainsi entassés nous trouvera une cabine rien qu’a nous. Nous arriverons tôt le matin même, en gare de Moscou. Où nos monstres à nous seront déposés à la consigne pour la journée, (avant d’investir notre auberge moscovite) pour 350 roubles et notre plus grand bonheur !

  • Le Métro de Moscou :

fullsizeoutput_16d4C’est quelque chose. Tu n’aurais pas appris en cours d’histoire géo que l’URSS et le régime soviétique ont cessés en 1991, que t’y croirais sans problème. Des halls décorés comme des palais, des stations semblables à des musées en l’honneur des héros bolcheviques, des dorures fastueuses et des armoiries communistes toutes faucilles et marteaux dehors, en passant par les énormes lustres de cristal. En un mot : Magnifique ! (C’est sur qu’à coté notre métropolitain toulousain fait pâle figure )…

Capture d’écran 2016-11-14 à 23.56.33.png

Pour l’anecdote, il a été pensé et  construit pour  faire office si besoin d’abri anti atomique…

C’est aussi un vrai labyrinthe, tout est écrit en cyrillique, c’est pas simple, simple. Il faudra donc faire appel et confiance à ton oeil artistique pour comparer les noms sur les panneaux et ceux sur ton préciiiiiieux plan pour ne pas te boiter. Encore une fois l’art est à l’honneur !! Amen !

 

 

Place à la Culture :

  • Le Kremlin ( Non ce n’est pas l’échoppe du crémier, ça veux juste dire « palais » en russe, non mais toi alors ! dés qu’on ne te surveille plus tu pars en cacahuètes ).
    C’est le hauuuut lieu des instituons politiques et administratives russe. On est juste un peu surpris que Poutine ne soit pas venu nous accueillir et profiter de notre sagesse pour discuter politique étrangère avec nous. Dommage pour lui, pour toi et pour le monde ! Bref !!
    On a passé quelques heures à essayer de comprendre le fonctionnement des guichets, qui te vendent chacun des types de billets différents en fonction des visites que tufullsizeoutput_16cb veux faire, mais cela seulement pendant une durée impartie. Exemple : Antoine voulait aller voir la collections des joyaux des tsars, du coup, une heure de queue devant le guichet pour se voir fermer le store devant le nez. Vente clôturée pour aujourd’hui, heure dépassée. Adieu joyeux joyaux luminescents et bonjour tristesse ! Une fois passés les innombrables postes de contrôle et files d’attente, tu pourras enfin entrer dans l’enceinte du palais par la grande tour de la Trinité, pas peu fier de toi ! p1000288Ca y est, tu es dans le saint des saints, le centre historique du pouvoir tsariste, soviétique puis russe. Attention marche bien sur les clous car sinon, un soldat tout de kaki vêtu aura vite fait de te siffler vers le droit chemin…ça marche droit ici !! Laplace Sobornaya et ses quatre cathédrales aux  gros dômes dorés et aux intérieurs fastueux est de loin le lieu que l’on a préféré. A croire qu’on se sent plus au chaud, près du bon Dieu. Bon, tu vois ce n’est pas totalement faux car vu le froid et le vent, on est bien dans les églises surchauffées !! Amen !… Et en même temps, 4 cathédrales pour un ticket, même aux Galeries Lafayette ils te font pas des promos aussi folles. On s’est émerveillé devant le Tsar Pouchka, l’immense et massif canon, le plus grand obusier du monde mais qui n’a jamais servi (des blagues salaces me viennent ), la Tsar Kolokol (ou cloche reine) immense et massive elle aussi mais parce p1000278que c’est encooooore la plus grosse du monde … 200 tonnes !!! (Putain de cloche pourtant j’en connais des cloches, j’te le dis !) Elle a son petit bout de 11 tonnes cassé, suite à l’incendie du Kremlin, il y a un bail en 1737 ! J’ai d’ailleurs failli mourir écrasée par une horde de coréen enragés en tentant de la prendre en photo… tu feras attention aux coréens !! A l’est du Kremlin tu pourras trouver un autre recordmen de l’immensitude avec la tour Spass Kaya et sa très grosse horloge (dont le carillon sonne l’hymne russe), et son étoile rouge, autre vestige de l’aire soviétique,  le tout surplombant  la Place Rouge où nous t’ammenons sans plus tarder.
  • La Place Rouge !! La fameuse Krasnaya Plochtchad: tout un symbole en ce début de voyage !! elle s’étend le long de la muraille Est du Kremlin.img_4334

Au Nord tu pourras voir la Porte Voskressenskie : la porte d’entrée en somme. Mais ne cherche pas la sonnette ils l’ont perdu
depuis longtemps (peut être quand Staline l’a fait détruire pour laisser passer chars et autres jouets pour les gros défilés de vrais mecs -ne t’inquiète pas, ils l’ont reconstruite depuis).  Si tu baisse les yeux tu pourras observer une grosse plaque dorée au sol, elle symbolise le kilomètre zéro de cette bonne vieille Russie (ben oui fallait bien commencer quelque part). Les gens se jettent des pièces dessus pour se porter chance et s’assurer qu’ils reviendront à Moscou (d’autres gens se jettent directement sur les pièces, ils sont pas fous eux!)


A l’Est
, l’imposante façade du Gum, adresse prisées de toutes les fashionnistas moscovites accros au luxe. Pour le H&M autrement dit « laisse bé-ton ! » Le temple de la mode chic sur trois étages et quatre coursives.

A l’Ouest le mur nécrologique (ouais je sais c’est glauque mais qu’est ce que tu veux ?) où sont enterrés les plus hautes personnalités de l’URSS (dont la tombe de Staline) ainsi que le célébrissime mausolée de l’illustre Vladimir Ilitch, ce bon vieux Lénine !! (Toi Vladimir Ilich , toi qui avait rêvé l’égalité des hommes, tu dois tomber de haut dans ton éternité… ça te parle? ) Et enfin au sud la magnifique Basilique de Basile le bien heureux et ces fameuses toitures colorées.

  • Parce qu’on est des amoureux de la vie et qu’on a surtout pas peur des morts, c’est par la partie ouest que nous avons commencé la visite. Il faut que tu saches que par rapport à son emploi du temps hyper chargé, Lénine est visible de 10h à 13h tous les jours sauf le lundi et le vendredi. Après
    fullsizeoutput_16d6

    Face to face with Lénine…

    avoir longé le mur nécrologique (et devant la tombe de Staline, excusez du peu), on pénètre dans le mausolée, tête dénudé, mains visibles et surtout bouche clouée (on ne parle pas devant Lénine), le couloir te mène à une pièce de marbre noir où repose dans un cercueil de verre la momie de Vladimir, comme s’il dormait depuis 1924, le visage détendu (un peu cireux quand même), et le poing droit fermé…merde un comble pour un communiste !! No photo bien sur. L’entrevue ne dure qu’un peu plus d’une minute mais reste troublante. Des techniques de conservations autrefois secrètes permettent de garder le corps ainsi comme s’il était décédé la veille (ils le baignent dans un petit bain aux huiles essentielles tous les deux ans). Si toi aussi tu as un côté un peu mégalo, tu peux aussi bénéficier des mêmes soins pour un millions d’euros, reste a trouver un endroit pour qu’on t’entrepose, t’as plutôt intérêt à avoir une famille ou des amis sympas (remarque, sur le buffet de la salle à manger, ça peut avoir du gout, faut voir).

  • La basilique de Basile le bien heureux, fondé en 1561 pour célébrer la victoire de Ivan le Terrible sur les tatares et la conquête de Kazan (t’imagines si on s’appelait tous comme ça… Antoine le bien nourri, Laurie la bien coiffée, Colette la guerrière plus redoutable que Xéna… Ca serait quand même plus sympa). En tout cas encore une fois, cette basilique elle a quand même des faux airs de maison en pain d’épices mixée à une   fête foraine. Avec toujours ces hauts dômes colorés qui font la fierté de l’architecture  slave.

fullsizeoutput_16d9fullsizeoutput_16c8 Très émouvant de se retrouver devant ce symbole de la culture russe, et ce symbole de voyage de manière plus vaste. L’intérieur est comme toujours, très fourni, et vraiment somptueux. Si tu as de la chance tu pourras même y entendre des chanteurs religieux qui ne feront que rajouter du cachet à ta visite.

  • Le théâtre du Bolchoï :

La cerise sur le gâteau, un des plus beaux endroits qu’il nous ait été donné de voir ! Le plus beaux théâtre du monde avec l’Opéra Garnier ( ça va l’honneur est sauf !! ). Grâce à Antoine et sa chance qui n’est plus à prouver désormais, on a eu les deux dernières places libres cote à cote, le tout à quatre rangs de l’orchestre … ( non non sans blague ) pour « Carmen » de Georges Bizet. D’ordinaire il faut réserver des semaines voire des mois à l’avance !

fullsizeoutput_16defullsizeoutput_16d0

Hormis le cadre magnifique de l’édifice, un premier spectacle se joue avant le lever de rideau. Dès l’entrée, c’est un défilé de fourrures luxueuses. Au vestiaire, le ravissement se poursuit quand, délestés de leur pardessus, robes et costumes font leur apparition : c’est simple, tout le monde va à l’opéra sur son trente-et-un (voire trente deux). C’est un ravissement pour les yeux qui vaut le détour. Tout le monde passe ensuite un petit quart d’heure face aux imposants miroirs, à réajuster coiffures, cols et broches en finissant pour ces dames par le repoudrage de nez distingué, petit doigt en l’air. Heureusement qu’on avait anticipé un peu nos tenues… Bon ça reste avec les moyens du bord, tu l’auras compris. fullsizeoutput_16d3Tu te vois, toi, te trimballer avec une robe en soie brodée de perles, ou un costume trois pièce en queue de pie, dans un sac à dos de globe trotter ?… Ca sera petite robe Zara achetée pour l’occasion et chemise de bucheron (ben oui, mais y avait que ça dans le sac et puis l’important c’est de rester soi même !). Tu ne seras pas surpris si je te dis qu’on faisait pale figure à coté de toutes ces tenues d’apparat !! Les
ouvreuses contrôlent nos billets, il est temps de pénétrerfullsizeoutput_16cddans l’immense salle historique. Nous prenons place en son coeur sous le magnifique plafond, face à l’orchestre qui accorde ses violons et autres instruments à vent dans une cacophonie entrainante.  Allez chut ! ça commence : « L’amour est enfant de bohème, il n’a, il n’a, il n’a jamais connu de lois… » Comme tu le sais, un opéra est toujours joué en langue originale. Comme ce bon vieux Georgous est un compatriote, nous avons eu le privilège d’entendre la langue de Molière chantée par des interprètes russes…Ouais enfin sauf que l’accent russe parlé, ce n’est déjà pas évident, alors chanté je ne te raconte pas… C’est simple, je pense que nous avons bien mis cinq minutes avant de comprendre qu’ils chantaient en français ! Le spectacle est magnifique et haut en couleur, on en prend plein les globes oculaires. Petite note Bolchoï, avec les célèbres ballerines venues nous ravir de quelques entrechats (entrejambes? je ne sais plus) et d’un virevoltant couple de danseur de tango qui semblait léviter au dessus du plancher verni.

fullsizeoutput_16cefullsizeoutput_16ca

Un super moment qu’on n’oubliera pas de sitôt !

  • Toute cette culture, je ne sais pas toi mais moi ça m’a creusé, il est temps de faire un point gastronomie !! Da !!

Emoustillés par nos propres découvertes culinaires, on a pas mal cuisiné ! Acheter sa propre nourriture et composer avec, présente ce genre d’avantage : saumon fumé sur blinis maison, lapcha (soupe à base de blé et de légumes), katïéta (boulettes de viandes ou de poissons), fromage fumé…

Niveau resto, on a retenté l’expérience de la cafét’ soviét’ la Stolovaya 57 (se retrouver capture-decran-2016-11-15-a-01-30-05entouré de locaux et sentir qu’on est loin des pièges à touristes, on adore ça !)
et là non plus on a pas été déçu !!! Une spécialité a plus particulièrement attirée notre attention, le célèbre hareng en manteau de fourrure (merde même les poissons ils s’y mettent !)
salade de choux et de betteraves rapés, mélangés à une sorte de mayonnaise avec des morceaux de harengs fumés à l’intérieur… peu ragoutant vu comme ça, mais grande spécialité locale… Dis toi que c’est pour la science !!img_4335

Une autre adresse qu’on a appréciée, le Kafe Receptor pour leurs thés de malaaaaaade dans des grosses chopes avec de gros morceaux de fruits à l’intérieur (framboise, citron, orange, papaye, pomme…) et subtilement épicés !!! Une tuerie revigorante par ce froid pénétrant ! Du coup on a plus trop envie de se bouger les fesses après ça ! Encore !

  • Le Shopping :

« GUM » : Il faut savoir que ce palais géantà l’Est fullsizeoutput_16c9de la place Rouge, surplombé par une verrière de fou, était autrefois le magasin officiel des produits d’Etat. Bon y a eu un peu d’évolution depuis (Louis Vuitton, Hermes, Prada et Gucci sont ça ne sonne pas trop soviet’, ou alors on nous a menti depuis le début!!!) Comme le disait Laurie plus haut, c’est un temple dédié au luxe et aux fashionnistas friquées. On a quand même essayé d’y trouver des moufles (et oui mademoiselle à les doigts qui gèlent facilement)… C’était un peu comme chercher des Carambars chez LaDurée (qui y a même son petit stand d’ailleurs !). La visite vaut tout le même le détour, si tu veux jeter un oeil aux dernières collections de hautes coutures vêtue de ton manteau Quechua et tes Ugg bon marchées.

Le marché d’Izmaloyov :  Il se trouve à quelques fullsizeoutput_16c6kilomètres au nord de la ville. Et s’étend aux pieds d’un petit kremlin haut en couleur qui tient plus du parc d’attraction des fullsizeoutput_16d2années 50 qui aurait fait faillite sur fond de crise économique que du magnifique bâtiment à l’architecture fastueuse du centre ville. Dans les allées quasi désertes du marché ( on est hors saison touristique je te rappelle), tu trouves des valeureux vendeurs venus braver le froid pour liquider leur stock de chapka en chinchillas, des mamouchkas en tous genres, et autres souvenirs. Ce lieu a surtout un attrait folklorique.

img_4269Octobre Rouge : Non ce n’est pas une rediffusion
du film de sous marin avec Sean Connery, un illustre acteur pour les moins de 25 ans
) mais une ancienne chocolaterie revissée en espace underground, the place to be pour la jeunesse moscovite.

Magasins de fringues et bijouteries hipsters, coiffeurs, bibliothèque, salle de concerts et bars bien sur, parce que c’est toujours sympa de se retrouver au chaud pour un pti’ shot de Vodka et un thé brulant en milieu d’après-midi…

  • L’hébergement

Le lieu qui nous a le plus touché : Notre maison d’adoption !! C’est à dire l’auberge de jeunesse Trans Sibérian. On l’a choisi un peu pour son img_4353nom qui sonnait comme un symbole pour la suite de notre périple. Et aussi pour son prix, très modeste (2000 RUB/nuit) ce qui n’est pas chose aisée à trouver à Moscou. Super bien placé a 20 minutes à pieds seulement de la Place Rouge et petit déj’ compris. Le petit logement décoré à la mode bric à brac avec les portraits Vladimir Poutine et Lénine perdus au milieu d’une armée de cartes postales, de masques vénitiens, de petites babioles en faïence bon marché et d’une horloge customisée à l’effigie de l’auberge, en font un lieu aussi atypique que chaleureux. Il y fait toujours chaud et sent bon la popote des l’escalier. Dans la salle commune se cotoie aussi bien un groupe de rock, un golgoth de deux mètres tout en muscles qui ne souris jamais, un mec qui se trimballe toujours en pyjama de satin même en plein après-midi.

fullsizeoutput_16ccL’accueil est assuré à toutes heures par la dynamique, souriante et infatigable Svetlana. Un petit bout de femme aussi doux qu’attachant. Qui bien que ne sachant parler ni un mot de français ou d’anglais, s’est mise en quatre pour nous aider dans nos démarches ( les achats de billets de train pour le transsibérien notamment ).

Bon c’est vrai au début, on l’a soupçonnée d’être à la tête de la principale organisation moscovite de traffic de chats… Le soir de notre arrivée, on découvre un magnifique petit persan (t’imagines la tête de Laurie ) qui sera envoyé dès le lendemain, à Buenos Aires. Ca nous fait rire, on trouve ça plutôt drôle,
capture-decran-2016-11-15-a-01-49-08un chat qui se balade seul entre les continents… Le lendemain, deux chats angora qui partiront pour Mexico… Là on a commencé a avoir de gros doutes. A moins que ces chats soient des mules faisant passer la drogue en cachette entre la Russie et l’Amérique du Sud ?… Mystère, qu’on n’aura pas réussi a éclaircir. Svetlana, notre premier ange gardien du voyage !! Elle m’a même offert des gants pour mes doigts frileux et un bonnet à Antoine pour ne pas qu’il soit jaloux. En plus il appartient à son fils (le pauvre, il part à Dubai, et paf sa mère, elle offre ses affaires… Ne nous faites pas ça, les mamans, attendez qu’on revienne ! ).  Ils sont comme ça les russes, spontanément ils sourient jamais (mais jamais jamais c’est impressionnant), et si t’as le bonheur de pouvoir entamer la conversation, alors là, ils ont le coeur sur la main.

Tu l’auras compris mon ami, il y a de quoi s’amuser ici, ça s’est sur même quand le baromètre affiche négatif. Moscou, cette mégalopole dont nous n’avons vu qu’un ersatz, et qui n’en finit pas de nous surprendre.

p1030769p1030741p1030520