Le Transsibérien !!!

img_4546

Et voila ça y est, enfin, la grande aventure du Transsibérien.

Ca représente beaucoup pour nous. C’est quand même pour pouvoir contempler les paysages enneigés de la Sibérie depuis ce train de légende, que nous avons décidé de débuter notre voyage par une période si hostile que l’hiver.

Ce voyage ferroviaire, mythique pour les initiés, débute en gare de Moscou, s’étend de laTaïga Sibérienne jusqu’aux portes de la Mongolie, un trajet de plus de 7000 kilomètres, que les trains peuvent faire en 5 jours si tu décides de ne pas faire de pause pipi. Après, au choix, tu peux continuer vers Vladivostok, 2500 kms plus loin, ou faire comme nous et enchainer sur le Transmongolien a destination de Pékin. Le plus long trajet ferroviaire au monde.

img_4377
La première chose à savoir sur les trains, est qu’il sont numérotés en fonction de leur niveau de classe. Plus le numéro d’un train se rapproche de 1, plus le standing est classieux. Nous on a varié les plaisirs, (même si ce n’est  pas vraiment toi, mais plutôt tes dates de voyage qui choisissent pour toi) avec des trains classés 378 ème, 155 ème,…et le 2 ème (le célèbre Rossiya). Je peux te dire que la différence se voit et se sent… Les trains portent deux numéros, pair quand ils font le voyage d’Ouest en Est, et impair dans l’autre sens (par exemple le Rossiya porte le n°1 quand il fait le trajet de Pékin vers Moscou).

capture-decran-2016-11-11-a-23-29-58On a pris les billets directement au guichet d’une des gares de Moscou. Pas difficile pour un sou, contrairement à ce que laisse entendre pas mal de forums, blogs et guides de voyages (et surtout beaucoup plus économique !!!). Faut juste anticiper ton voyage sur internet (rzd.ru), et te faire écrire les dates, horaires, classes de wagon et places des couchettes, par quelqu’un qui manie mieux le cyrillique que toi, petit tête !!! Svetlana nous l’a fait avec beaucoup de gentillesse (on a même eu img_4323l’impression que ça l’amusait!!). La bonne surprise c’est que la douloureuse ne l’est pas tellement oui oui oui !!! 142 euros au total, pour parcourir plus de 7000 kms !! Même un Blabla Car ne peut pas lutter !

Alors on te prévient: il vaut mieux te mettre en condition et oublier tes notions de confort !! Après, pour être honnête avec toi, on n’a pas cherché a se faciliter l’existence, car cette expérience on the rail again, nous l’avons vécue à la dure, c’est à dire en 3ème classe, appelée platskaart.

img_4366

Les wagons platskaart : A l’une des extrémités de ta voiture se trouvent les toilettes. Rien à dire sur les toilettes, si tu as déjà pris le train en métropole, c’est un peu même combat. C’est plutôt sale, ça pue, il n’y a pas forcément d’eau au robinet qui a plus une visée décorative, et tu prie toujours pour que ta brosse à dent ne tombe pas par terre. Le truc un peu fun à la limite, c’est que tu voies ton  (ou le reste) tomber direct sur les rails gelés de la Sibérie. L’objectif principal quand tu prends tes billets, sera d’éviter d’être placé à coté, pour les odeurs et les « va et vient » incessants.

A l’autre extrémité, le samovar et les cabines des Provodnitsas.

  • Le Samovar (dont le nom te rappellera la fameuse théière joufflue de Disney) est une sorte de bouilloire géante te ravitaillant en eau brûlante tout au long du voyage. Et oui,img_4627 boire du thé, c’est très important dans la culture slave. Ca sera une de tes meilleures amies pour le voyage. Très utile pour ta petite toilette de chat, ou pour la préparation des tes repas les plus élaborés: les nouilles chinoises!!! (moins typique de la culture slave pour le coup, mais largement consommé par les voyageurs).
  • Les Provodnitsas sont les agents de trains russes (RZD), impeccables dans leurs uniformes stricts. Elles veillent au bon déroulement du voyage : vérification des billets et passeports, ménage du wagon et des toilettes qui malheureusement pour elles sont souvent bouchées, distribution du linge de lit (draps et taie d’oreiller), information des passagers, …

Les wagons Plastskaart sont divisés en 8 compartiments de 6 couchettes (2 en hauts et 2 en bas dans la largeur et 1 en haut, 1 en bas dans la longueur du wagon )…

capture-decran-2016-11-21-a-19-58-38

Le choix de tes couchettes tu dois le faire au moment d’acheter tes billets de train…img_4557Comme on ne s’était pas franchement préparé à la question, on s’est dit:  allez, pourquoi pas deux couchettes supérieures et ce sur l’ensemble des trajets (du moins jusqu’a Irkoutsk)… Mais quand tu auras passé 50h d’affilée allongé dans une sorte de petit sarcophage, pendant que les passagers en dessous de toi profitent d’une table ainsi que de la fenêtre avec la vue… Je peux te dire que tu l’auras un peu amère, ta décision prise sur le vif.

img_4559Ce qui est encore plus dur, c’est de ne pas pourvoir s’asseoir, ce qui est impossible sur les couchettes supérieures. Tu dois savoir que les règles de bonne conduite et de mieux vivre dans le train, t’autorisent à venir t’asseoir sur les couchettes inférieures quand leurs occupants ne s’ont pas allongés. Mais saches (sans vouloir faire une généralité ) que certains gros russes aiment bien rester allongés comme des pachas toute la journée… Dans ces cas là il ne te resteras que tes talents de contorsionniste, si toutefois tu en as. On a essayé de changer nos places, mais pas possible.

Donc tu retiendras, jeune Padawan, qu’il vaut mieux prendre la couchette du bas, ou deux superposées si tu voyages en duo. On saura tirer les leçons de nos erreurs pour la suite… Non non non, on ne nous y reprendra pas, parole de routsss !

Autre point, c’est que si tu dépasses 1m80 (on a une petite pensée pour quelques uns de nos amis), ben c’est pas compliqué, tu choisiras entre laisser tes pieds ou ta tête dans le vide… Dehors les acromégales !!!img_0155

Mais ne t’inquiète pas, les petits désagréments sont largement compensé par un dépaysement total

Ta première mission, si tu l’acceptes p1050014(de toute façon, t’as pas le choix!) sera préparer ton royal couchage. Ton matelas et ton oreiller sont déjà prêts, installés sur ta couchette, la mission peut commencer dès que la prodvonista te file ton linge… Plus ou moins facile, quand tu dois le faire  dans un espace exigu où d’autres personnes, (quatre pour être exacte !) s’adonnent à la même mission… et dire que je râlais en mettant ma housse de couette dans une pièce de 15 m2, je me déteste à présent. Dix minutes plus tard, un peu de gym pour te détendre les ligaments et une bonne suée, ça y est, t’es prêt !! Tu vas pouvoir découvrir les beautés et les surprises du voyages.

Les passagers : Mamouchkas (grands mères) curieuses arborant leurs plus beau sourire, étudiants contents de pouvoir échanger quelques mots, vieux russes bougons qui ne nous décrocherons pas un bonjour, gamins piaillants, jeunes conscrits ou militaires saouls et parés de médailles, douces mères de famille… Chacun amenant un peu de son âme au voyage.

p1050016

Une catégorie de voyageurs que l’on n’aura cependant pas rencontré une seule fois, restent les touristes… Pas un seul, même pas un gros appareil photo ou un sac banane. Bon on s’y attendait un peu et c’est aussi ce qu’on cherchait en partant à cette saison. Ce qui est tout à notre avantage, parce qu’à plusieurs moments, on est devenu l’attraction du wagon, chacun essayant de parler avec nous, et beaucoup plus rarement à notre désavantage quand on tombe, sur des vieux rageux, qui nous disent (en allemand en plus) que les français sont img_4412des merdes…sans pour autant jamais être sorti de Russie…(ouverture d’esprit quand tu nous tiens !!)!

Un petit lexique franco-russe n’aurait pas était de trop avec une lecture phonétique du cyrillique. Ca aurait facilité les échanges. C’’est tellement frustrant de ne pas arriver à répondre à des gens qui sont curieux d’échanger avec toi (et dire « mort aux cons » aux vieux rageux !!! mouahaha). Ceux qui avaient un téléphone et du réseau capture-decran-2016-11-21-a-23-13-07utilisaient Google Translate, c’était vraiment pratique, mais le réseau en Sibérie est plutôt mauvais. Quant aux autres, on fait, par mimes, grimaces, dessins, et auto déduction. Laurie a réussi a créer un petit lexique avec les phrases récurrentes du voyageur, qui nous a bien aidé, et qui a bien fait rires certains passagers, visiblement, son écriture cyrillique est comparable à celle des petits enfants… Malgré tout, on passe de chouettes moments humains, j’en prend pour preuve les personnes géniales qu’on a eu le plaisir de croiser sur les rails :

Vladimir et Faridah ( Moscou-Kazan ) : Les russes, ils tirent toujours la gueule. Toujours toujours. Le sourire chez eux, ce n’est pas culturel. Mais si tu peux entamer la img_4375conversation alors là c’est un vrai bonheur. Vladimir (la soixantaine) c’est simple, quand il est arrivé (précédé d’une légère odeur de Vodka) , il nous a bien montré qu’on le gênait et qu’il valait mieux qu’on monte dans nos couchettes. Mais une heure plus tard, à coup de poings sur la table, il nous demande de descendre pour partager son diner. Comme ça. Pour le plus grand plaisir de Faridah, sa voisine, petite grand mère au caractère bien trempé toute excitée de rencontrer des « fransuus ». Toute pimpante du haut des ses 75 ans, elle nous a raconté ses souvenirs de voyage passé, et de Paris bien sur. On a partagé tous ensemble le repas de Vladimir. J’avoue que personne dans les TER et les TGV de la SNCF ne m’avait interpellé pour me dire: « eh salut ! tu veux pas croquer dans mon Sodebo ? »… Un bon moment crée simplement par un partage spontané.img_4386

La dame au turban turquoise (Kazan-Tobolsk): Une jolie mamouchka haute en couleuravec ses rubans et bijoux. Elle a passé beaucoup de temps à parler à Laurie, lui ayant fait une place sur sa couchette pour admirer le paysage avec elle. Laurie finit par lui dire de son meilleur accent russe : « je vous trouve très belle ». Et là, spontanément, la dame lui a offert la broche qui tenait son gilet.  Elle en est encore toute émue (quelle chialeuse celle là) !!!

Serguei (Kazan-Tobolsk) : Robuste foreur de 40 ans, Sergei s’est spontanément présenté, lorsqu’il a compris que nous étions des voyageurs français au milieu de la Sibérie.Il nous a posé beaucoup de question, avec Google Translate (non, nos progrès en russe ne sont pas si fulgurants, rassure toi). Et il nous a proposé de visiter Tobolsk avec lui le lendemain… Une fois la première réaction de méfiance passée, nous faisant comprendre qu’il ne demandait pas d’argent en échange, que c’était juste par sympathie, on a accepté avec plaisir.

Alexeï (Tyumen-Irkoust) : Jeune ingénieur de Omks, Alexeï est un des premier russe a parler anglais, on a a donc profité pour avoir un long débat sur ce qui ou non « True Russian *» Par exemple : le saucisson dans son plastique,

capture-decran-2016-11-21-a-22-10-51

True Russian (*: la Russie authentique)

qui fait un bruit d’éponge mouillée quand tu le manges, c’est « true russian ! » Le vin rouge, c’est « pas true russian », la vodka c’est « true russian ». Le bortsch c’est  « true russian », les nouilles chinoises que tu te prépares dans le train, c’est « pas true russian » (pourtant tout le monde en mange !!). Le thé c’est « true russian », si tu veux être encore plus « true russian», mélange-le à du café soluble et du lait, et à tu es au top du top.  On a beaucoup rigolé sur le sujet. Il nous a dit qu’il trouvait notre voyage de 7000 kms en Plaskaart et en plein hiver vraiment « True Russia » !!! Banco les russes on dit Banco !! Yeeeaaaahh !!

 

Le décor par la fenêtre Monde : Sublime, sans nom ni même description possible. Comment décrire l’immensité, la pureté, l’esprit de liberté qui se dégage de ces forêts et ces plaines sibérienne ? Le froid, la neige, le vent, ici la nature est toute puissante dans sa toute puissance. Le genre de paysage qui te fait ressentir que tu n’es qu’un tout petit rien, juste bon à t’asseoir et à regarder. Regarder la beauté du monde et surtout te taire pour ne pas briser ce silence qui règne en maître.

img_4626

La Taïga à perte de vue. L’homme reprend de temps en temps ces droits, des villages aux petites maison de bois dont les cheminées fumantes en disent long sur la chaleur du foyer. Un épais manteau de neige img_4431pèse sur les toitures. Au milieu des lacs gelés, de valeureux pêcheurs défient le miroir de glace pour attraper le poisson. Les mésanges virevoltent. Bien plus courageuses que leurs cousines hirondelles, elles restent affronter la rudesse de l’hiver… C’est une bien pâle description que je te donne. Même toutes les photographies que je pourraient tenter de faire ne sauraient pas saisir l’intensité des instants et des paysages qui défilent, rythmés par la cadence du train. Lui qui file tout droit sans se soucier des beautés qu’il traverse, peut-être par habitude ou par insouciance. A peine un décor nous a émerveillé qu’il disparait, aspiré dans les vapeurs de la locomotive. Mise à part le bleu du ciel, la couleur a disparue, juste l’immensité blanche et quelques dégradés de gris. Et le froid n’est que toujours plus pénétrant. Faut dire que si on revivait les températures moscovites, on rigolerait. On souffrait à 0°, là il fait -25° !!! C’est la première fois que l’on sent l’intérieur de notre nez geler. Impressionnant. Ce qui est dingue, c’est qu’à cette température là, ben les Sibériotes, ils continuent leurs vies. Certains se baladent sans gants, ils lisent dans les jardins publics, avec des poussettes (oooh le mignon petit glaçon !!). Les voitures circulent sur les routes gelées, comme elles le feraient sur n’importes quelles autres, et les trains qui relient d’une traite Moscou à Vladivostok ou à Pékin, sont à l’heure à la minute près !!! C’est assez fou. Je me demande bien ce que la SNCF dirait de ça…

img_4561

Les villes étapes entre Moscou et Irkoutsk : 

  • Kazan :

P1030839.JPGAprès une nuit dans le train n°378, on débarque en ville à 8h du mat’. On laisse les monstres à la consignes pour profiter de cette journée de visite. Kazan est la capitale du Tatarstan. Ici, la culture des tatares et la religion musulmane sont très fortement implantées. D’ailleurs un truc qu’on ne t’a pas dit, c’est l’importance de la religion en Russie. En Russe tu vois, c’est fréquent qu’après  ton prénom et ta provenance, les gens te
demandent de quelle confession tu es. Une question pour laquelle on a en général un peu plus de pudeur (comment expliquer en russe : je suis athée à prédominance il p1030791n’y a rien au ciel, parce que  je préfère croire en l’homme et aux animaux de la foret). Ici à Kazan, mosquées, basiliques orthodoxes et églises protestantes ou catholiques se côtoient. La grande mosquée bleue de Kull Charif (un imam qui s’est fait ratatiné contre Ivan le Terrible a long time ago) est magnifique. Ca nous apporte un peu l’exotisme de l’Orient, de l’extérieur comme de l’intérieur si tu te donnes la peine d’y rentrer. Elle tranche complètement avec l’architecture de sa cousine, la Cathédrale de l’Annonciation qui après deux semaines en Russie, nous parait plus « commune » avec ses gros dômes meringués. Les deux édifices se partagent la place principale du Kremlin de Kazan, ( réputé pour être un des plus beaux de Russie ) et ce déjà, depuis plus d’un millénaire.

En voilà un bel exemple pour le Monde et ses habitants : tolérance, intégration, vivons ensemble pour l’amour de vous, mes frères et soeurs, Alléluia !!! En 2009,  Hilary Clinton (l’ex future présidente des Etats Unis ) est venue pour essayer de résoudre les problèmes de communautés en s’inspirant du modèle tatar. C’est d’ailleurs ici, bien tranquillement installé dans un fauteuil d’un café ruep1030875 Bauman (la rue piétonne principale), que nous avons découvert les résultats des élections américaines… THE BIG JOKE !!! Plutôt farceuse la vie parfois ! Etre dans la capitale de la tolérance et du vivre ensemble, le jour de l’élection de Donald le Trumpétiste, on avait pas tellement de chance que ça arrive… Et si ! Bon comme avec les russes, tu ne peux jamais savoir ce qu’ils pensent ou éprouvent faute d’absence probable de nerf facial, on n’en a pas su plus…Seul point a noter, tout les canons ont été tourné vers l’Ouest ( pour une meilleure prise au vent sans doute ).

p1030815

Passés les déboires politiques (question de point de vue) de nos amis américains, on s’est penché sur des choses beaucoup plus attractives à capture-decran-2016-11-21-a-22-43-00nos yeux. J’ai nommé : La nourriture. Si tu passes à Kazan, il faut absolument aller chez « Dom Tchaïa »
dans la rue Bauman. C’est une institution ici ! Alors certes, ne t’arrête pas sur la déco intérieure qui ressemble à celle d’un réfectoire de maison de retraite (grosses fleurs fluo en plastique, nappes imitant la dentelle, rideaux vert d’eau …). La spécialité de la maison est une variante des fameux pirojkis, les Zur Balish (chaussons fourrés à différents type de viandes et de légumes) un délice tatar servit généralement avec une petite soupe, le tout pour 150 roubles… C’est a dire encore moins qu’un paquet d’Airwaves en France !! Allez on repart vers la gare, 25h de train nous sépare de la prochaine étape: Tobolsk.

  • Iekatarinbourg : Une pause s’impose sur le quai, Oural passé mon pote. On est en Asie !!!!!

img_4398

 

  • Tobolsk:

100 000 habitants, Tobolsk est l’ancienne capitale de la Sibérie jusqu’au début du siècle, mais comme le trajet officiel du transib’ passe par Tyumen à 4h de train de là, cette dernière lui a piqué la vedette… Après les heures cumulées de train et de surf sur les fuseaux horaires, l’arrivée à Tobolsk est l’occasion de se poser OKLM.

La bonne occasion aussi de découvrir le froid, vrai froid avec un grand « F » comme « frigorifié » (ou comme « frites »?) p1030795… -28° degrés pour commencer !! Ca te fait geler les poils du nez, ça transforme les trois poils que t’as sur le menton en stalagtiques, et si tu as de la « chance », tu sens une étrange impression semblable à une brulure quand tu respires. Et à coté de ça, les russes, ils te regardent, l’air de dire: « plutôt doux aujourd’hui, hein camarad’? » en te foutant une bonne tape dans le dos. Faut dire que la moyenne de l’hiver dans ses régions est de -20°, avec des pics (des gouffres devrais-je dire) à -35, voire -40°… Je me demande comment était habillé le type qui est arrivé et qui s’est dit: « tiens, on va fonder une ville ici, ok les gars ?! », et surtout quelles drogues il avait pris juste avant.

Mais heureusement, notre visite à Tobolsk s’est vuimg_4455 réchauffée par la gentillesse et le sens de la convivialité de Serguei ( ne te méprend pas, ce n’est pas un ours sibérien qu’on a adopté pour nous tenir chaud). Nous l’avons rencontré dans le train. Spontanément, et sans rien attendre en retour, il nous a fait découvrir la ville avec sa femme Oksana enceinte de huit mois et son petit garçon Timofeï, 5 ans. Forcement quand quelqu’un que tu ne connaissais ni d’Eve ni d’aucune autre personne, te fait partager spontanément l’équivalent de sa balade dominicale, en plus d’être un chouette moment, ça réchauffe les coeurs (tant mieux d’ailleurs).

Le vieux Kremlin surplombe toute la vieille ville, a laquelle tu peux accéder par un magnifique et très glissant escalier de bois surtout par ce temps clément. Apres quelques figures sur cette patinoire en pente,  on part découvrir la Cathédrale de l’Intercession. A img_4468l’intérieur, le faste, les dorures et les prières des popes, tout de noir vêtus, résonnent. Le palais des députés permet de découvrir l’histoire de la Sibérie et de ses pionniers (les fameux drogués qui ont dit « on s’installe ici les nazes et personne ne se plaint !! »). Et pour finir, Sergueï a tenu a nous montrer la prison du Kremlin. Le bâtiment contenait jusqu’à 14 000 personnes dans des cellules déjà bien petites (ha qu’est ce qu’on est serré…) et a servi un temps de goulag. Les photos et installations montrent les conditions de vie des prisonniers… Très dur. Pas de quoi émouvoir Timofei par contre, a fond sur sa console. Oksana et Sergei nous invitent finalement à déjeuner dans leur restaurant préféré. Encore une cafet’ soviétique !! Le « true russian » bien caché dans un grand centre commercial. Où on découvre les blinis, véritable institution dans cette partie de la grande Russie. Ils n’ont rien à voir avec les petites galettes servies à l’apéro chez nous. Ici, ce sont plus des grandes crêpes roulées à la façon rouleaux de printemps, farcies à tout un tas de choses ( viande rouge, poulet, fromage, fruits, crèmes…) et a déguster chaud. Les crèmes glacées ont aussi leur succès, les gens en raffolent malgré ces températures négatives. Ils nous ont ensuite accompagné faire les courses et ont tenu a offrir du bon chocolat russe à Laurie. La seule demande de Sergueï en retour de cette agréable journée, sera de lui faire la promesse de lui écrire sur Facebook pour qu’ils puissent suivre notre voyage, et si possible qu’on s’envoie des cadeaux pour Noël.

img_4502

  • Tyumen:

Un petit stop s’impose dans la vraie capitale sibérienne, pour une journée seulement. On n’aurait pas survécu plus longtemps de toute façon, vu les températures. Néanmoins, entre deux claquement de dents, c’est sympa d’aller s’émerveiller devant le Monastère de la Trinité qui surplombe la Toura (fleuve) et sa magnifique volière (oui les cathédrales orthodoxes, je me lasse un peu, donc je regarde les volière pleine de mésanges…).

img_4536img_4531

Attention point culture !!! Non loin de là, dans les sous sols de la bibliothèque de la ville, fut cachée la momie de Lénine pendant la 2ème guerre mondiale (on ne comprend toujours pas cette addiction pour la nécrophilie…). Depuis le pont des amoureux, ( qui n’a rien de sexy cependant ), on a pu admiré les prémices de la fameuse « big moon » coincée entre deux clochés.

p1030943

Mais ça va déjà être l’heure de remonter dans le train, Camarad’. Prochaine étape :  Irkoutsk, qui va nous amener aux portes du Baikal !!!!

img_4570

7 réflexions sur “Le Transsibérien !!!

  1. Deydey dit :

    Trop bien je suis vos aventures en Russie depuis le début !! Profitez bien.
    Je rêve de faire ce voyage prend moi des notes 🙂.
    Petite question pour les stops que tu as fait c est le même billet de train ou tu en as pris plusieurs entre Moscou ET itrsouk?
    Bisettes

    J'aime

    • Salut mon Deydey. De la part d un grand voyageur comme toi ça fait plaisir. Pour les billets il faut prendre chaque billet séparément entre chaque arrêt. Mais tu peux tous les prendre à l avance si tu établis un peu ton planning ou au coup par coup. C est pas trop complique. La bises

      J'aime

  2. Flo dit :

    Merci merci de nous faire voyager avec vous! J ai l’impression d être une petite souris dans votre sac en vous lisant…
    La bise et à très vite dans vos récits! Flo

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s