Du Désert de Gobi vers l’Empire du Milieu…

p1050184

Après cette semaine remplie d’émotions, de sourire à revendre et de températures plus que négatives, il est temps de reprendre les rails. Direction : LA CHINE !

Seuls deux trains, par semaine effectuent le trajet Ulan-Baatar / Pékin. Les places sont souvent, très vite, prises d’assaut. Mais nous avons  de la chance, en cette période de non affluence touristique, pas mal de place restent disponibles. Dans la fraicheur frigorifique des fins de nuits mongoles, nous arrivons sur le quai de la gare. A peu prés dans les même conditions qu’a notre arrivée d’ailleurs : en mode stalactite, fatigués et sous le poids des monstres … les souvenirs des steppes vierges et enneigées en plus, je te le concèdes !!!

img_4381

Tous les globes trotteurs semblent s’être passés le mot, postés bien au chaud dans le hall de la gare. Ils font le pied de grue, guettant, l’oreille aiguisée, le sifflement du train en approche. Les sacs à dos Quechua et les chaussures de rando fleurissent et tranchent avec les habits traditionnels dont les mongols sont vêtus en ce matin de grand départ. Nous retrouvons des minois connus…comme celui d’Anne Céline, notre compatriote solitaire. Le train entre enfin en gare dans le brouhaha ambiant…les portes s’ouvrent…les voyageurs se pressent, billets en main. Il est temps d’embarquer… Toute la population du vieux continent, en transit vers la Chine semble avoir était massée dans le même wagon. Niveau dépaysement c’est assez moyen mais cela a quand même son petit charme… Le wagon prend des airs de congrégation européenne, on y parle anglais, hollandais, allemand, français…

p1050192

Nous sommes seuls dans notre cabine, avec tout le luxe que cela représente pour nous : profiter d’un peu plus de place pour simplement pouvoir se mouvoir à volonté, sans risquer de blesser ou d’intenter à la vie de quelqu’un par choc de boite crânienne contre boite crânienne, ou de voute plantaire contre arrête nasale et bien d’autres possibilités encore… la liberté du libre mouvement dans l’espace exigu !!!

p1050194

p1070259

Quelques heures seulement après avoir quitté U-B, ses buildings de béton et sa pollution, nous entrons dans l’immense et monotone désert de Gobi… avec tout le rêve et l’exotisme que cette vaste étendue désertique représente pour les voyageurs que nous sommes… l’invraisemblable sensation de ne pas arriver à en croire ses propres yeux, c’est comme rêver les globes oculaires ouverts !!!

p1070075

La traversée du grand « RIEN » aux dunes de sables se fait au rythme des parties d’échecs, des discussions interminables consacrées à refaire le monde, des repas de fortune, des litres de thé chaud et de l’émerveillement … Le train fait parfois escale dans les petites gares des rares villages que nous traversons. Ici la vie semble s’être évanouie mais il n’en est rien, quelques voyageurs montent dans les wagons…La vie est donc bien présente, dans l’immobilité de ces villages fantômes.

p1070073

Ici, un dicton dit que lorsqu’un chameau passe tout le monde arrête son activité pour le regarder passer… c’est dire si les journées doivent être longues sous ces latitudes. La route reprend, nous rencontrons quelques uns des fameux ruminants édentés au lourd pelage ocre, se confondant avec la couleur du sol… Ces chameaux semi sauvages règnent comme des rois dans le Gobi. Tout comme dans les steppes, des nomades vivent dans le désert et se sont adaptés aux conditions de la vie désertique. Des yourtes semblables à celle que nous avons eu l’occasion d’habiter, fleurissent au milieu du sable. Le sable, d’ailleurs, parlons en. Ne te m’éprend pas, ce n’est pas pour autant qu’il fait une température caniculaire, non non, ça pèle toujours autant même si le paysage se fait trompeur et la neige rare.

p1070089

NB à toi même cher lecteur : Tu nous pardonneras la médiocrité de ces photos chamélistiques… mais il faut une sacrée vitesse de dégeinage photographique pour les prendre sur le vif et on ne s’improvise pas toujours Lucky Luke de l’objectif… rajoutant en plus, l’handicap du mouvement du train qui, bien entendu, fuit vers l’avant… ouais ouais !!! Crois moi des photos plus ratées que celles ci, il y en a eu…BEAUCOUP, BEAUCOUP, BEAUCOUP… A ce propos : Petite pensée désolée aux nombreux chameaux amputés trop jeunes par l’objectif.

p1070088

Pour ce qui est des journées à bord, elles s’articulent autour d’une notion de temps devenue inexistante. La fatigue, la faim, la soif… sont chamboulées par les kilomètres que l’on ne compte plus.

p1070078

Nous vivons au rythme des lectures, des parties d’échecs, des tasses de thé bien chaudes et des discussions philosophique ( ou pas ) avec nos compagnons de voyage… Partageant les uns et les autres sur nos expériences et notre vécu de voyageurs exilés, gourmands de découvertes.

p1070068

Lorsque le soleil décroit, tous les passagers se massent aux fenêtres du train pour admirer la fin de la course de l’astre céleste. Pour te donner une idée, ici l’événement est aussi couru que la la sortie du dernier Star Wars ou que les soldes chez Nespresso…La populace s’agglutine derrière les vitres poussièreuses. Dans une toile aux mille couleurs pastels, le soleil, fini sa course sous la forme du plus fin des filaments lumineux, avant de disparaitre dans le lointain de l’horizon.

p1050603

Le voyage a ce don précieux de nous réapprendre à vivre avec émerveillement ces petits moments bucoliques que nous offre gracieusement la nature… non pas qu’on avait oublié leur existence… mais notre vie de citadins over bookés nous en faisait parfois perdre la beauté de l’importance !! Ainsi les nouvelles et les pleines lunes, les couchés, les levés de soleil, les aurores, les crépuscules ont repris tout leurs sens et leurs importances dans notre vie devenue nomade…

p1070102

La nuit est noire et épaisse…Nous quittons la Mongolie, terre de Genghis Khan et des solides et rudes nomades. Le disque lunaire est d’une finesse rare, les étoiles scintillent dans le froid saisissant… Nous passons la zone frontière, nos passeports sont tamponnés en guise de laisser passer vers la suite du voyage…des souvenirs d’aventures gelées plein la tête nous approchons de la frontière chinoise… Où, un étrange ballet va nous occuper en ce début de nuit…

p1070165

Les rails mongols et chinois ne présentent pas les mêmes caractéristiques… Pour la simple et bonne raison que même s’ils sont voisins, ces deux peuples n’ont jamais étaient vraiment « best friends ». Dans un soucis de non invasion via le chemin de fer, les wagons doivent donc changer de roues avant de continuer leur route… tour à tour chaque voiture s’élève dans les airs, les chemineaux avec les gestes surs de l’expérience effectuent leur étrange mission. Les enfants collent leur visages aux fenêtres. Ils observent amusés, ses hommes aux chapeaux de Playmobil, s’activer sous leurs yeux…Comme nous tous d’ailleurs.

p1070175

Les choses hors du commun ont cet étrange pouvoir de nous rendre le regard curieux de l’enfance. A grès des secousses, à l’intérieur de notre wagon dans le quel nous somme consigné, la vie continue comme si de rien n’était. Les conversations vont bon train, surtout dans la cabine de nos voisins hollandais qui ont décider de faire le compte à une bouteille de vodka mongole pour tromper l’ennuis. Leur rires envahissent le wagon, tandis que la valse des soupes de nouilles chinoises commence. L’odeur bien caractéristique qui s’émane des bols et assiettes embaume le couloir.  Entre la cabine et le samovar, la nouille chinoise lyophilisée à la cote aux heures de repas ( voire à toutes les heures d’ailleurs )… C’est le « plat » qui met tous les voyageurs d’accord…On pourrait surement mettre fin à des guerres ici, si on passait des accords à la nouille chinoise !!

p1070181

Nous repartirons tard dans la nuit...assommé par un sommeil profond, c’est dans les bras d’une Morphée aux paupières surement légèrement bridées que nous pénétrons dans l’empire du milieu… dans le bruit monocorde et métallique des roues sur les rails … pour écrire la suite de nos aventures…

p1070215

 

Une réflexion sur “Du Désert de Gobi vers l’Empire du Milieu…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s