La Grande Muraille, l’épopée chinoise

Avant d’enfiler ton ton sac à dos, de remplir ta gourde et de te mettre une bonne lampée de déo sous les aisselles ( déo bille de préférence, pense a préserver la couche d’ozone et sans sels d’aluminum parce que ça ne peut pas te faire de mal), il faut que tu laisses là une belle idée reçue, bien encrée dans le conscient collectif mais pourtant aussi faux que la paire d’obus de Pamela Anderson …

« NON !!! La muraille de Chine n’est pas visible de l’espace NON et encore moins donc, depuis la lune FAUX, FAUX, FAUX et ARCHI FAUX ».

lune

Laisse là cette mine déconfite et prend plutôt ton bon sens sous ton bras ( fraichement désodorisé ). On considère généralement la fin de l’atmosphère terrestre à 85 kilomètres au dessus de nos têtes soit environ un aller  Toulouse à Foix en suivant la D820… ( nous saluons au passage nos amis ariégeois pas assez reconnus et trop souvent oubliés, courage ). Sachant que la Grande Muraille de Chine fait environ 9 mètres de large ( soit à 5cm la distance que peut parcourir en un seul saut l’américain Mike Powell recordman mondial du saut en longueur…logique, on se doute bien qu’il n’est peintre en batiment ).

pow

Elle n’est pas plus visible de l’espace qu’une autoroute ou qu’un gros bâtiment type Mall Américain ( Weeeeelcooome tooo the Maaaall) ou Trump Tower . Voilà CQFD comme dirait l’autre !!

P1080164

La deuxième chose a savoir sur le fameux mur, c’est qu’il s’agit de la plus grande construction jamaiiiiis construite par la main de l’homme. Clap clap dans tes paumes !!! Ce petit exploit mérite bien son appellation made in china : « la Muraille Sacrée de 10 milles li » ( li = l’infini). Mais attention prends garde à toi ( Prrrends garrd’ à toii !!), le fameux mur n’est pas continu…Voilà, tombée à l’eau ta promenade digestive de 6 259,6 kms du dimanche aprem’… Comme tu peux le voir sur ce cliché impunément dérobé à Wikiped’, pleins de petits tronçons le composent … conséquences du temps, des statègies militaires, des différentes dynasties qui se sont succédées à la tête de l’empire, des guerres, du climat, du mistral, des anges de la télé réalité et de l’élection de Donald Trump au pourvoir et bien d’autres raisons obscures encore… brefff !!

Map_of_the_Great_Wall_of_China

Pour la visite, c’est par ici, avec l’embarras du choix qui s’offre à nous : Les versions « tourisme de masse » ou « J’aime les gens trés fort » avec toutes commodités d’ascension par téléphérique et le contact physique en plus et la possibilité d’avoir des tas d’inconnus en plus et gratuitement sur tes photos (c’est caaaadeau) wouuuuuuais !!!

mur

Ou les versions plus bucoliques en autonomie totale, libre comme un condor dans la tempête… Tu commence à bien nous connaitre désormais, tu te doute bien qu’on est plus bain russe que bain de foule… Nous avons donc opté pour le tronçon de Jinshanling à Simatai à 120 kms de Pékin avec une nuit sur place pour pouvoir profiter du coucher mais également du lever du soleil sur une des plus belles merveilles du monde !!!

liuliqiao

Deux jours de voyage qui se valurent aussi inoubliables qu’épiques, cela va sans dire.

Au petit matin du Premier jour tu partiras :

Ce qu’il faut savoir avec les moyens de transports chinois, notamment les bus, c’est qu’ils ne sont pas d’une ponctualité ni d’une fiabilité horaire très sure… ou alors c’est nous qu’il manque des cases ( n’écartons aucune hypothèse ).

buus

Après épluchage de multiples forums et avis en tous genre plus ou moins bien renseignés et clairs… Nous voilà à la station « DONZHIMEN » dents brossées et pelage soyeux. D’emblée le voyage n’était pas perdu car c’est ainsi que nous avons découvert qu’en dessous d’une des plus grande station de métro de la ville, on peux trouver l’existence, en plus des distributeurs de boissons classiques, de distributeurs de crèmes glacées…(information totalement inutile a 6h du mat’ alors que tu sors à peine de ton lit, les traces d’oreiller encore incrustées sur la joue … mais bon, l’occaz’ de préciser un peu plus qu’ impossible n’est pas chinois).

P1070359

Le point négatif de ce début de matinée c’est que le bus censé nous amener Jinshanling, on n’en a pas vu l’ombre d’un essuie glace !!! Chou blanc dans la soupe miso, devrais je même dire !! A la place, on a droit à une horde de rabatteurs, nous proposant leurs services à un prix défiant l’entendement : 200 Yuans par personne ( à la place des 40 annoncés par les forums )… après plus d’une demi heure de tergiversations, écrans de smartphone versus écrans de smartphone ouverts sur le mode calculatrice, pour meilleure compréhensions des ambitions pécuniaires de chacun… Nous montons dans un minuscule combi pour 80 Y chacun, le sourire du chauffeur en disant long sur la marge qu’il vient de se faire à nos dépends … mais bon, c’est le jeu ma pauv’ Lucette, on a un bus c’est déjà ça. Plus de trois heures de retard sur notre plan initial, nous quittons Pékin… le voyage se poursuit dans la promiscuité d’un minibus bondé, tellement à rasibus que les fenêtres en sont opaques de buée… Nous sommes les seuls touristes à bord, sous les strates de chinois entassé avec nous… le tout sur fond de techno des années 90. Il flotte une odeur d’oignon, ma voisine refoule du goulot, c’en est insupportable. On se demande presque si mal réveillé elle n’aurait pas croqué dans le tubercule le prenant pour une pomme… !!! Nous sommes comme deux sardines à l’huile entre une tranche d’oignon.

IMG_4825

Sur la station service abandonnée, pas de coquillage ni de crustacés :

Le minibus nous éjcapture-decran-2016-11-07-a-21-50-32ecte ( la vitesse à laquelle on nous fait descendre est peux être plus rapide encore) à peine le temps de nous extirper de notre boite à sardine puante et de récupérer la quasi totalité de nos affaires que le combi repart déjà… Feu ma casquette de barroudeuse offerte par mes grands parents, Feu ma pauvre casquette surement
restée coincée sous les fesses de ma voisine mangeuse d’oignons !! Je nous pourrai plus jamais aussi bien danser sous la neige sans elle…SNIF !!

pl1084071-machine_servo_de_station_de_lavage_dans_des_stations_service_de_sinopec

Nous sommes sur la station service à quelques kilomètres de Jinshanling, il est quasiment midi… nous avons perdu plus d’une demi journée… le moral est moyen moins, il sent l’oignon et la déception.

Générosité à deux visages :

Quand ta journée est vraiment merdique, que tu marches sans vraiment savoir pour une durée incertaine et que les infos que tu as sont totalement fumeuses… Tu te dis que le brave Monsieur qui s’arrête au bord du chemin et te propose gentilement de te déposer vers ta destination finale, est forcément le signe que ta bonne étoile n’est pas totalement grillée… « Monte donc dans ma jolie voiture, mon enfant »… On aurait du se méfier dès la début, un homme qui met des couvres sièges imitation léopard  n’est forcément pas net … Arrivés devant la porte de Jinshanling, quasiment dans l’ombre de la muraille, il nous réclame bien entendu de l’argent… manque de bol pour lui, c’est pas très malin de nous demander de l’argent une fois arrivés, sa qualité première c’est clairement pas d’être doué en affaire… Il rentre dans une rage folle quand  au lieu des 200 Y qu’il nous demande, on lui fait clairement comprendre qu’il n’aura pas plus que 20 Y pour sa course annoncée à la base comme gracieuse…Bonne étoile en carton. Il s’énerve et frappe sur son volant de toutes ses forces !!! On ne comprends bien entendu rien au chinois mais pas besoin d’étre bilingue pour se douter qu’il ne nous chante pas des cantiques à la sainte vierge…

« Déso’ Mec’!!! »

col

Et puis quoi encore :

La journée est bien avancée mais au moins, la muraille est en vue. Jinshanling ressemble a un village fantôme, sale et déprimant, le portail d’entrée est immense mais sur les six guichet, un seul est ouvert et l’hôtesse baille au corneille… Mais où sommes nous encore tombés ?? Une femme, visiblement employée du site, à la voix criarde et stridente, nous accoste avec cette excitation logorrhéique accompagnés de grands gestes que nous commençons à connaitre. Elle nous presse, nous fait signe de la suivre, sans chercher à comprendre… L’anglais ici, on oublie de toute façon, personne ne semble vraiment faire des efforts de compréhension, il faut utiliser un genre de para-language et espérer que ton interlocuteur est le même. Nous traversons le hameau au milieu des sacs plastique et des ordures… glaaamour !! Elle nous conduit jusqu’a une sorte de pension totalement aussi déserte que laide et vieillissante… dans le but de nous louer une de ces chambres miteuses au prix fort… Là encore la négociation s’engage… Nous faisons descendre le prix de moitié avec la certitude de quand même s’être fait roulé… Tout ça pour une suite royale de seaconde zone sans douche ni chauffage … au moins nos sacs de couchage n’auront pas fais le déplacement depuis Pékin pour des bonbons chinois.

jinshangling-hotel

La grande Muraille Silencieuse

( Section de Taochun à Houchuan ) :

L’après-midi est bien avancée mais néanmoins nous touchons au but…La grande muraille vieille de ses 2000 ans est enfin sous nos pieds…

P1080101

La récompense de cette journée classée grise sur l’échelle du bourdon futée. Le mur serpente à perte de vue sur les flancs des montagnes alentours, un spectacle juste pour nous… nous sommes seuls, pas une âme qui vive sur les majestueux remparts… Cela tient presque de l’exploit dans cette Chine grouillante de monde.

P1080172

La beauté du site emporte notre maussadittude (si si, ça se dit !). Nous partons en explo’ sur une section restaurée, ce qui rend la balade agréable, bien que sportive à cause des raides escaliers.

P1080107

A quoi devait ressembler la vie des soldats montant la garde, été comme hiver, entre ces murs exposés aux quatre vents ?

P1080245

Le vent glacé se fraye un chemin entre les pierres. La neige persiste à l’ombre de la muraille. Nous marchons, de tours de guet en tours de guet alors que le soleil amorce sa lente descente vers l’horizon…

P1080266

Comme une impression de se promener sur le dos d’un serpent de pierre géant qui traverserait les montagnes… Les marches sont parfois abruptes, la pente est vertigineuse, il faut avancer avec prudence.

P1080127

Coco se cramponne à Antoine plus que jamais. Ces ailes de bois ne la sauveraient pas d’une chute à cette hauteur.

P1080168

Le soleil décroit doucement.

P1080324

Il tombe vers l’horizon, emportant avec lui la chaleur que nous procure ses rayons.

P1080348

Après le coucher de soleil sur l’ile d’Oklhon celui-ci restera un des plus incroyable du voyage ( du moins jusqu’ici ). Un moment durant le quel tu as envie que le temps s’arréte pour pouvoir t’extasier encore et encore…

P1080388

et une impression de tout-petitesse (c’est quand tu te sens tout petit vraiment tout petit, genre comme une puce ou un bébé fourmi ).

Au petit matin du deuxième jour face à la muraille tu te réveilleras

(Section de Houchuan à San Yan Lou et vers la porte Est) :

L’avantage d’avoir une chambre épurée c’est que tu te couche tôt soit approximativement dix minutes après avoir engloutit une omelette aux tomates servie par notre hôte…

17408494_10155297131824873_1715246991_o

Nous reprenons notre marche de bonne heure et tout aussi solitairement que la veille, sur une section non restaurée cette fois… Encore plus pittoresque et plus beau que la veille… si c’était possible !!

17407564_10155297132034873_1167534476_o

La marche est sportive et très escarpée. Parfois il faut descendre sur la terre ferme pour contourner une partie éboulée ou encore escalader les murs des tours de guets aux escaliers éboulés.

P1080299

Le silence nous entoure, nous profitons du moment, le temps est suspendu aux gravures sur les pierres anciennes, tout est tellement calme…

P1080288

Nous redoutons presque le moment où il faudra a nouveau se mélanger à la foule effervescente.

P1080284

L’incertitude du jour :

Comment regagner Pékin ? … 

Le jour où on a bien cru finir en farce de nems

nem

Vers midi nous sommes de retour aux abords de la porte Est ( a quelques kilomètres de Jinshanling ), un bus est censé aller jusqu’a Pékin doit normalement passer par là si on en croit l’hystérique de la pension… mais notre petit doigt et tous les autres d’ailleurs nous soufflent d’en douter… Nous attendons, attendons et attendons encore. Un groupe d’allemand se présentent. Ils ont une voiture avec chauffeur privé et ne semblent pas très enclins à nous aider… pour l’entraide hors espace Schengen, je crois qu’on peux bien s’asseoir dessus !!!

Un combi avec deux hommes a son bord fini par s’arrêter… le conducteur descend, la valse négociatrice s’engage… une fois l’accord financier conclut nous montons à bord…Coup d’oeil aux housses de sièges des Mickey Mouse et des inscriptions « lucky » partout, on ne peu y voir qu’un signe !!

L’homme coté passager, d’environ trente ans, nous fait la conversation via « google translate » avec toute l’approximation de la traduction anglo chinoise… nous ne comprenons pas tout et sommes assez étonné de voir que le véhicule s’enfonce dans la campagne et s’éloigne de la voie rapide… la route se transforme en chemin de terre, puis le chemin devient de plus en plus étroit…où allons nous encore ? Allons nous finir kidnapper dans la campagne chinoise ?!

gw

Le combi s’immobilise dans un minuscule hameaux où le temps semble arrêté. Deux vieilles grands mères aux visages sans âges nous regardent l’air dubitatif… Le jeune homme descend… il attrape son petit garçon dans ces bras, le sourire aux lèvres… Il le recupere pour le week end, et est trés heureux. Les hommes et les femmes du village nous regardent…

gww

Le jeune homme nous explique que les gens d’ici n’ont jamais vu de français et qu’il est très fier de nous avoir amené là. La route reprend direction Pékin…Ce serait mentir de dire que nous ne sommes pas soulagé de regagner la civilisation après cet intermède dans la campagne chinoise… Là est toute la subtilité et l’audace d’osé monter en voiture avec un chauffeur dont on ne comprend pas la langue !! Très gentil, le jeune papa nous vante les beautés de son pays, de ses montagnes et nous offre des boissons, pendant que son petit nous dévore des yeux.

17431660_10155297133934873_317817041_o

Le chauffeur nous laisse à la station de bus, aprés presque 5h de route nous devons encore prendre un bus desservant Pékin et sa périphérie. On les remercie mille fois et continuons notre route, bien fatigué par toutes ces émotions. Deux heures de voyage encore, l’occasion de profiter pleinement ou pas du taux élevé de décibels typique des bus chinois entre les conversation téléphoniques à gorge déployée des passagers et des coups de klaxons incessant du conducteur… Il est bien loin notre silence spirituel entre les pierres de la Muraille. Joyeux retour à la « civilisation »aprés deux jours inoubliables … hors du temps

P1080303

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s