Pingyao

P1090225

Notre trépidante aventure nous a, déjà, permis de parcourir plus de 10 000 kilomètres. Pas étonnant, qu’a l’évocation ce bilan à quatre zéro, chaque parcelle de notre corps, villosités intestinales comprises, réclament le repos.

P1090039

Les épaules sont cuites, les pieds sont lessivés, les genoux sont rongés par l’usure… bref nous sommes comme un bon vieux meuble Ikéa : EN KIT !!

P1090199

Hellooooo Pingyao enfin … Ni Hao !

P1090037

Petite bourgade de 500 mille habitant ( et oui on est passé en dessous de la barre des un millons de chinois… et nous et nous et nous) dans la province du Shanxi.

P1090017

Très sympathique petite ville fortifiée et classée au patrimoine mooooondial de l’UNESCO, Pingyao est selon les dires locaux : ce qu’aurait été le reste de la Chine si elle n’avait pas connu la guerre, la famine, le communisme, le 2O ém siècle… et Jackie Chan…

P1090173

Mais avec des « SI« , j’ai envie de te dire qu’on mettrait Paris en bouteille, Non ?!!

P1090135

Pour nous, Pingyao ou « Confins Calmes » en chichi, en chinois, c’est, tu l’auras bien compris, l’excuse parfaite au « rien foutage« .

P1090145

Pas de hautes montagnes environnantes propices à la gravitude pédestres ni de sites archéolo-logiques  ou pas a aller explorer… non rien… rien de rien !!!

P1090217

Certes « la place d’un voyageur est sur la route » ( comme les vrais seront te le faire remarquer ).

P1090167

Mais, le repos est parfois bien mérité et méritable… c’est vrai, même Dieu s’est reposé le 7éme jour…

P1090031

Alors voilà !!!

P1090013

Notre sympathique auberge de jeunesse accessible se trouve dans l’arrière cour d’un restaurant, aprés 30 bonnes minutes de marche , le tout sous le poids de plus en plus écrasant des monstres.

P1090151

Et miracle miraculeux, elle possède une connexion Wifi qui marche !!! ouiiiiiii ! On n’avait pas abordé le sujet épineux de la connexion internet depuis le début de notre arrivée en Chine, me semble t’il !!?

P1090105

Ben l’occasion est toute troouvée. Alors voilà saches le si tu dois partir à la conquête de l’empire du milieu : internet c’est comme le Graal, on le cherche toujours !! Ce bon vieux gouvernement chinois à l’esprit à peine empoussiéré bloque les adresses IP des ordi venus d’outre terres … good bye FACEBOOK, WHAT APP’, SKYPE and CO… Seule parade le Brouilleur d’adresse IP, j’ai nommé le VPN !! Qui fonctionne comme un âne corse…c’est à dire qu’il marche quand il veux !!! Mais là, étrangement, il fonctionne !!!! Hallejuha comme dirait Whoopi Goldberg. TICKET TO reprise de contact avec les gens qu’on aime et qui nous aimes et étrangement, il ne s’agit pas que de nos mères !! Qu’est ce que tu crois !!??

IMG_20161209_182236

Deux jours de dépressurisation et de repos avant de poursuivre notre route à la rencontre des montagnes sacrées.

P1090051

Avec un programme hyper chargé : flânage dans les ruelles, dégustation de saké local, de sauce soja cause de fabrication locale, farfouillage sur les petits stands des antiquaires, découvertes des spécialités culinaires du Shanxi…

IMG_20161210_083910

On bulle et on s’émerveille de tout et surtout des chaussures colorées très à la mode ici … car la fashion police ne sévi pas ici ou a tout simplement des normes différentes !

P1090179

Si on n’était des mauvaises langues, on dirait qu’on est aussi actif qu’un groupe du 3 éme âge… sauf qu’on évite les magasins de souvenirs et les cours d’aqua-gym, parce que quand même il ne faut pas déconner… Aller Saluuut !!

IMG_4884

Datong

Retour à nos premiers amours, j’ai nommé, les voyages en train ! Ha ça !! on en aura petit déjeuner, déjeuner, souper et diner des voyage en train. Mais quand on aime, on ne compte plus les heures, ni les jours et encore mois les tours de roues. On ne pourra pas dire qu’on n’en aura pas usé des kilomètres de rails depuis notre départ de la ville Rose, il y a plus d’un mois maintenant (en réalité beaucoup plus !! mais on a pris un sérieux retard blogistique faute de vie trop remplie )

IMG_20161209_144552

Nous quittons, donc, Pékin direction Datong. Cette fois ci nous voyageons en classe « K », c’est comme la 3em classe les couchettes en moins…  pour te donner une idée, ça se rapproche de la 2em classe du mythique TER intercité, mais dans une version un peu plus boite à sardine à l’huile d’olive hydrogénée.serrees-comme-des-sardines-en-boite

Je crois qu’on commence à se faire à l’idée que de toute façon, vu la démographie chinoise nous ne serons forcément jamais très seul ici, et toujours plus ou moins collé à l’aisselle de quelqu’un.

Le prix du billet vaut largement tes huit petites heures d’inconfort, même si ton dos et ton coccyx t’en voudront à vie pour toujours. Nous voyageons pour moins de 7euros. Même à l’époque antérieure à nos 26 printemps et à notre statut d’étudiant, on n’aurait pas fait mieux !!

IMG_20161209_105726

Gare bondée, wagon bondé, compartiment à bagage bondé… la Chine n’aime pas le vide c’est un fait dorénavant établi … il faut jouer de tes petits coudes pour te frayer un passage dans la masse humaine jusqu’a ta place et imposer ton stayl’. Le voyage pourra alors commencer sous les meilleurs hospices : allées et venues incessantes des voyageurs, coups de sacs dans les épaules et la figure, je t’en passe et des meilleures encore.

trainchine

C’est l’ocass’ de découvrir de l’existence de la classe « L » ou la classe des warriors, ceux qui sont capables de rester debout des heures dans l’allée centrale collé comme la meilleure super glue ne saura jamais faire, pour payer leur billet encore moins cher !  Mention spéciale avec la palme du plus grand briseur de bijoux de famille est de loin décernée au petit vendeur de fruits à la voix de crécelle qu’on en plus envie de payer pour qu’il la boucle plûtot que pour ces kumkats et ces nashis (tu peux reprendre ton souffle cette phrase était trés longue )…

chi

Le chinois est une personne bruyante tu l’auras bien imprimé mais une autre particularité jusque là ignorée, c’est sa grande curiosité qui vire parfois à l’invasion indésirable de ton espace personnel. Les voyageurs ne se gênent pas pour nous observer allègrement et avec insistance, nous prendre en photo, s’asseoir tout prés de nous et se coller à l’écran de notre ordinateur pour voir ce que nous trafiquons, leur jeux favori reste encore de nous observer manger… la mastication bouche fermée est visiblement trés exotique pour eux !! Parole de ruminant !!

v

Datong City :

Datong est une « petite ville chinoise », là il faut que tu comprenne par tes propres moyens que c’est juste parce qu’elle ne compte que 3 318 054 habitants et nous !! Rien de pittoresque sinon, pas de boeuf tiré par des charrues ou de magnifiques étangs remplis de carpe khoi… mais du bon vieux béton, des buildings, du néon haute consommation et des voitures a ne plus s’avoir qu’en faire avec les klaxons qui vont avec… Welcome to Datong.

IMG_20161208_173310

L’instant câlin avec le petit chat de l’auberge !!

« Fast Furious and Oignon » :

Comme on te l’a dit nous ne sommes pas venu ici pour les charmes d’une énième mégalopole chinoise, mais plutôt pour les beautés que renferment les campagnes avoisinantes.

P1080987

De l’extérieur la conduite chinoise est un concept. De l’intérieur elle devient un effrayant concept. Notre chauffeur, spécialement recommandé par notre auberge de jeunesse, nous attend en bas de l’immeuble, clope au bec, l’air renfrogné… au programme journée chargée… L’intérieur de l’habitacle sent l’oignon et le tabac froid, on se saucissonne à l’intérieur avec Barth et Teys, deux sympatiques et fringuants hollandais rencontrés quelques jours plus tôt et dont la compagnie nous ai plutot agréable.

IMG_4874

La voiture démarre, chauffeur conduit vite, double sur la ligne blanche, klaxonne, pile pour ne pas se faire flasher par les radars … ça s’annonce pas mal !! 8h du mat’ et déjà le petit déj’ veux se faire la malle. Au bout de quelques kilomètres et quelques frayeurs nous nous apercevons qu’il est tout bonnement entrain de s’endormir au volant … « Allo il y a quelqu’un ??? » ben non il n’y a plus personne… on le secoue comme un prunier pour qu’il se réveille et nous envoie royalement c**** avec son haleine pestilentielle !!

P1080698

Peut être allons nous mourrir aujourd’hui… sur le bas coté d’une autoroute chinoise avec une vieille odeur d’oignon fris et de tabac bon marché sur nos vêtements ( et c’est de loin le plus insupportable ). Depuis combien de temps n’a t’y pas dormi au juste ?

Barth coté passager le surveille comme un cheveux sur le lait qui bout !! Rassure toi, si je suis là aujourd’hui à te compter cette histoire, c’est que finalement nous sommes arrivés en une seul morceau, pas plus ni moins dérangé du citron qu’avant. Nous laissons là notre belle au volant dormant en espérant qu’il profite de cet intermède pour pioncer quelques heures sur le parking.

P1080696

Le Monastère Suspendu d’Hengshan :

Ici on ne rigole pas avec la lévitation, à plus de cinquante mètres au dessus de nos têtes le monastère d’Hengshan… il vaut mieux laisser ton vertige dans ta glacière ou dans la poche intérieure de ta veste et faire confiance à l’architecte à l’origine du délire.

P1080564

De simple poteaux de bois soutiennent l’édifice à flanc de falaise… L’édifice en question étant un superbe temple, avec dorures, statues, faïences tout comme un sur terre mais en l’air… comme pour dire à la gravité d’aller cueillir des figues en Grèce !!

P1080602

Oui oui oui… On en rajouterait presque une couche en disant que cette splendide construction commence à dater un peu (7em siècle), donc je pense que quoi qu’il arrive de dramatique, le maitre de chantier et les assurances ne couvrent plus les risques liés aux malfaçons !!

P1080598

Bref si tu veux monter là haut arme toi de ta plus grosse et plus douce patte de lapin cruelty free.

P1080614

La splendeur du lieu fait oublier tout le reste…

P1080626

On arpente les balcons venteux avec la sensation d’être d’intrépides moines taoïstes venus percher leur foi à des mètres du sol.

P1080586

… Le vent glacé siffle entre les tuiles centenaires et fait tinter les cuivres des mobiles.

P1080600

Le repas le plus improbable de notre vie :

Nous retrouvons notre protagoniste sur la terre ferme… il semble plus réveillé, du moins moins endormi ! Point non négligeable pour nous, quelques heures de sommeil de prises, c’est toujours ça de gagner sur notre espérance de vie. Nous reprenons la route en sens inverse, en surveillant toujours d’un coin de l’oeil notre chauffeur. Retour vers Datong dans notre cendrier roulant. Bientôt le nuage de pollution nous entoure à nouveau, pas de doute nous sommes en proche périphérie de la ville. Les bords des routes sont jonchées de déchets en tout genre, la circulation est aussi dense qu’assourdissante… La Chine a ce pouvoir, de nous faire nous émerveiller devant des monastères hauts perchés vieux de centaines d’années comme nous irriter par son manque de respect envers son environnement, qui lui donne des airs de décharge à ciel ouvert. Notre taxi driviste, clope au bec et teléphone vissé à l’oreille depuis maintenant plus d’une demi heure, ne trouve rien de plus intelligent, à ce moment là, que de prendre sur quelques mètres la bretelle d’autoroute à sens inverse, « Why Not ?? » Il devait être Punk ascendant Gothique dans une autre vie, le genre a aimé manger des poussin vivant…il braille au téléphone et ne semble même plus avoir conscience de conduire… va t’on sortir vivants d’ici ?

La ville nous aspire dans ses larges rues… de part et d’autres les fast food, les grandes enseignes de modes et les concessionnaires automobiles se partagent les vitrines. Le chauffeur est toujours au telephone, il semble chercher quelque chose, nous prions pour qu’il ne décide pas de faire une pause repas dans un de ces resto douteux… l’odeur de son haleine mélangé a celle du tabac froid ajouté à sa conduite musclée nous a coupé tout appétit… Le taxi s’immobilise dans une ruelle, le quartier est populaire et les immeubles délabrés nous entourent. Nous marchons en direction d’un jardin d’enfant à l’abandon, derrière lequel un immense chapiteau rouge est monté. Devant le chapiteau une sorte de gros poêle à bois laisse échapper une épaisse fumée noire… mais où sommes nous encore tombés… Nous sommes alors très heureux de ne pas être seuls mais tous les quatre. Lorsque nous pénétrons sous le chapiteau, une soixantaine de têtes se tournent vers nous, dans un vacarme improbable.

IMG_20161208_121227

Nous sommes invités a nous asseoir à une des nombreuses tables rondes qui meublent le lieu. Tour à tour les convives se joignent à nous, nous trinquons avec eux, sans trop savoir à quoi tout cela rime…

IMG_4843

Une chose est sure nous sommes l’attraction du moment, particulièrement Teys qui crée l’émois des femmes par sa blondeur et le bleu de ses yeux, pas vraiment chose commune sous cette latitude. Paquets de cigarette, bières, saké et vodka sont déposés sur la table… la valse des « Sampééééé !! » continue, de gros verres d’alcool remplis à raz bord disparaissent dans les gorges de nos hôtes…

IMG_4841

De notre coté nous trinquons timidement à la bière locale et surveillons du coin de l’oeil notre chauffeur qui semble être à l’aise niveau levé de coude. Les plats commencent à arriver, des assiettes en cartons remplies de mets locaux sont déposées au centre de la table… nous sommes invités à nous servir dans nos petits bols de porcelaine blanche…les plats s’accumulent : porc, canards, salades en tous genres, algues, riz, fruits de mer, tempura de légumes, bao, ribs, …

IMG_20161208_124639

le repas vire à l’orgie de nourriture à n’en plus finir… Ca fume, ça bois, ça mange sans modération, l’odeur de la nourriture frie se mélange à celle de la cigarette et de l’alcool fort… nous sommes à la fois amusés et dubitatifs…on nous prends en photo, on trinque avec nous… ce repas est improbable… Au bout d’une bonne heure, tous les convives commencent à être bien imbibés de saké et autres breuvages car ici la coutume veut que quand quelqu’un boit, tout le monde boit… ça chante et ça danse à tout va. Le chauffeur, visiblement pas très mélomane nous fait signe, il est temps de repartir. La question de payer une addition se pose, mais visiblement, nos hôtes refusent catégoriquement… il parait qu’il ne faut pas insister quand un chinois se propose de payer ton repas… nous nous exécutons donc sans trop grande difficultés.

IMG_20161208_121257

La seule chose qu’on nous demande en échange, c’est une pièce provenant de notre pays d’origine… Mais aucun de nous n’a d’Euro sur lui… Barth cède une livre sterling qui traine dans sa poche, c’est tout ce que ce repas nous aura couté, pour l’absurde improbabilité de l’instant, ça c’est cadeau… Nous reprenons la route avec notre chauffeur. Nous apprendrons plus tard, qu’il s’agissait en réalité de l’anniversaire de mariage d’un des amis du notre taxi driver… et que l’accueil qui nous a été réservé est du au fait que les convives n’avait que très peu souvent, pour ne pas dire jamais l’occasion de se retrouver en présence d’un aussi grand nombres d’étrangers en même temps… je signale au passage que nous n’étions que quatre… que se passera t’il le jour où un bus entier d’un club du troisième âge va débarquer ?!!

P1080720

Les grottes aux mille et uns bouddhas :

Cette journée forte en chocolat, se termine par la visite des grottes de Yungang…

1080831

Vieilles de 15 siècles, la cinquantaine de grottes creusées à même la falaise renferment plus de 50 mille bouddhas de toutes tailles…

P1080755

Tout est calme autour de nous, les rayons du soleil de cette fin d’après midi donnent un côté très spirituel à ce lieu propice à la médiation et à l’émerveillement…

IMG_4850

Une à une nous nous perdons dans le méandre des grottes sous les regards des bouddhas.

P1080835

L’érosion du temps n’a pour la plus pars pas eu d’impact sur la finesse de leur traits ni sur la pigmentation de leur visages, les couleurs sont restée intactes…

P1080891

Le soleil perce à travers les alcôves, le spectacle est magique, nous sommes suspendu hors du temps…

P1080930

Difficile d’imaginer qu’a moins d’une demi heure de route, la ville de Datong s’émulsionne.

P1080779

Un moment de paix au milieu des géants de pierre plusieurs fois centenaire.

1080957

La Chine n’en fini pas de nous étonner de ses milles merveilles !!

P1080732